"Où se situe la limite des capacités humaines ?

21 mars 2024

C'est la question que Rob Plijnaar s'est posée pendant ses années de course à pied. En tant que copropriétaire de l'hôtel Mitland, il a réalisé des temps honorables en tant que marathonien, en plus de son travail à l'hôtel, à partir de l'âge de 30 ans, mais il n'avait pas l'habitude de repousser les limites. Pourtant, les temps bien inférieurs à trois heures n'étaient pas une exception pour lui.

Lorsqu'il a arrêté de courir en 2008, son fils Jort lui a offert un livre sur la "course à pied extrême". Ce livre a marqué un tournant. Rob a été captivé par les récits de courses dans le désert, en haute montagne ou sur la calotte arctique. La raison pour laquelle il pose cette question est liée à ce que ses parents ont vécu pendant la Seconde Guerre mondiale. On n'en parle pas beaucoup, mais dans la vie du père et de la mère Plijnaar, la limite de ce qu'une personne peut vivre pendant cette période a été atteinte. Rob a beaucoup réfléchi à cette question. Il a donc cherché la réponse dans la course à pied. Et ce n'est pas sans mérite.

Ultra marathon
Son premier ultra-marathon s'est déroulé dans le Sahara marocain. En 2008, à l'âge de 57 ans, l'hôtelier a participé au Marathon des Sables. Une course en cinq étapes totalisant 250 kilomètres à travers le désert et avec 15 kilos de sac. Et ce, sous des températures extrêmement élevées allant jusqu'à 53 degrés. Rob Plijnaar était fasciné par les ultra-marathons. Question logique : avait-il atteint la limite des capacités humaines ? "Après l'arrivée, j'étais physiquement brisé, bien sûr, mais je me suis vite rendu compte que je n'avais pas atteint cette limite", se souvient Rob. "J'ai rapidement changé de vitesse.

Requiem de Mozart
Parce qu'il pourrait être encore plus extrême. Rob a participé au marathon du pôle Nord en 2009. Au 90e parallèle, il a couru un marathon "sur le toit du monde" par des températures oscillant entre -30 et -47 degrés. Inutile de dire que le rythme était beaucoup plus lent. La course sur la glace s'est déroulée sans encombre et, dans les derniers kilomètres, un sentiment d'euphorie s'est emparé de Rob. "J'écoutais le Requiem de Mozart dans mes écouteurs et pourtant j'étais d'une humeur absolument jubilatoire". Rob a terminé le marathon du pôle Nord en six heures. Et il n'avait pas encore atteint sa limite. En 2010, Plijnaar a couru dans le désert le plus sec et le plus haut du monde, le désert d'Atacama, au Chili. En cinq étapes, il a de nouveau parcouru 250 kilomètres. "J'ai atteint la limite des capacités humaines. Lors de la dernière étape, après 220 kilomètres, la batterie s'est soudainement déchargée. Je suis sorti, mais pour moi, la mission était quand même
mission était réussie. Dommage pour les 30 derniers kilomètres.

Mesure pleine ?
Ceux qui pensent que cela signifie que la mesure est pleine se trompent. L'Utrechtois a participé au marathon de la Jungfrau en Suisse en 2011. C'était son troisième marathon cette année-là, après les marathons "normaux" d'Utrecht et de Stockholm. Mais ces montagnes dans les Alpes suisses ne sont pas vraiment hautes, vous pouvez voir Rob Plijnaar penser.

Course à 5 000 mètres d'altitude
Après une préparation minutieuse, Rob prendra le départ du marathon du Mont Everest en 2015. Une course à 5 000 mètres d'altitude sur la distance traditionnelle de 42 kilomètres et 195
mètres. Il faut courir, grimper et escalader, monter et descendre. Plijnaar met une bonne dizaine d'heures pour l'accomplir. C'est là que Rob a formulé son nouvel objectif : un marathon sur chaque continent. "Ce ne serait pas génial si, à 65 ans, j'avais l'occasion de faire un marathon.
Ce ne serait pas génial si, à 65 ans, j'étais le premier Néerlandais à figurer sur la liste du Grand Chelem international", s'est-il dit. C'est dit, c'est fait. En 2016, Plijnaar a planifié trois marathons. Il a couru en Floride et a participé au marathon de Perth en Australie. Le dernier événement était le marathon des glaces de l'Antarctique. "Je suis alors devenu le premier Néerlandais à rejoindre le club sélect du Marathon Grand Slam Club. J'avais couru des marathons sur les sept continents ainsi qu'au pôle Nord.

Derniers mètres de course
Mais Rob Plijnaar n'en a pas fini pour autant. Un an plus tard, il court le marathon de la Grande Muraille de Chine. En 2018, il participe également au Jungle Marathon en Indonésie et pendant la période de la Corona en 2020, Rob organise sa propre course. Cette course est devenue l'événement final. Il s'est élancé seul à 2 600 mètres de Pradollano, dans la Sierra Nevada, jusqu'à Grenade. Il s'agit de ses derniers mètres de course. Alors qu'il fait une embardée pour éviter un camion, son pied se plie en deux et il tombe. Il atteint la ligne d'arrivée, mais il décide que c'était aussi bien. Il raccroche ses chaussures de course. Il a assez couru.

Ceux qui pensent que Rob Plijnaar est désormais assis derrière les géraniums lorsqu'il ne travaille pas pour l'hôtel Mitland se trompent complètement. "J'aime rester en mouvement, même si je ne peux plus courir à cause d'une fracture du genou. C'est pourquoi je fais du vélo tous les jours. Combien alors ? "Six jours par semaine, je fais 60 kilomètres à vélo !

Lisez notre magazine Mitland ici !

Cliquez ici